Irezumi et Tebori, les tatouages des Yakuza

  • Nicolas Foret
  • 2 mois Ago
  • Life
  • 11429 Views

L’Irezumi est un style traditionnel japonais avec des codes bien définis. Dans l’Irezumi, chaque dessin a une signification. On peut y retrouver des figures mythologiques, religieuses ou en lien avec divers croyances. Les pompiers peuvent par exemple porter des carpe koï ou des dragons d’eaux pour se porter chance. Le Tebori designe lui la technique utilisée pour appliquer l’Irezumi. Les tatoueurs utilisent traditionnellement un bâton en bambou avec une pointe d’acier. Appliquée à la main, cette technique est moins douloureuse et permet au tatoueur de complètement maîtriser la teinte de son pigment.

 

 

Les tatouages ont cependant longtemps été tabous au japons. Longtemps affiliés aux Yakuza, porter un tatouage était synonyme d’appartenance à un gang. Jusqu’à la fin du 19e, les tatouages étaient également utilisés par la justice. Le délit d’un condamné était marqué sur sa peau pour protéger les personnes qu’il pouvait fréquenter. Il représente toujours un rite de passage dans la vie d’un japonais. Le tatouage symbolisent des évènements marquants de la vie des membres comme des moments de chance de courage ou de fertilité.

 

 

À cause du tabou qui règne toujours au Japon autour de cet art, la plupart des tatouages sont placés sur les parties du corps cachées par les vêtements. Cette discrétion rend cette culture d’autant plus fascinante pour le monde extérieur car ces oeuvres ne sont montrées que dans l’intimité. La pratique du tatouage reste très réglementée au Japon. Pour exercer, un tatoueur doit obtenir un diplôme de médecine ce qui rend les délais d’attente très longs.

 

 

Dans le reste de l’actualité, 

Tags:
Nicolas Foret

Responsable éditorial / Team WAVE®

Related posts

Leave a Reply

scroll up