Comment Booba construit le futur du 92i avec ses signatures

  • Mathis Robin
  • 10 mois Ago
  • Musique
  • 16694 Views

Qu’on aime ou pas le personnage Booba est une des figures les plus importantes du rap francophone toutes générations confondues. Si on survole les têtes d’affiche qui sont passées par le 92i ces dernières années on peut rapidement s’apercevoir que le label a largement contribué à façonner la scène francophone. Shay, Benash, Kalash, Siboy ou encore Damso sont tous passés sous le commandement de coach Elie avant de connaître la carrière qu’on leur connaît.

Malheureusement pour ce label, son chef de file est un caractère bien trempé. Ce qui a amené le départ de la quasi-totalité de ses jeunes recrues au fructueux succès. Depuis plusieurs mois, Booba a remis sa casquette de recruteur dans l’optique de trouver les nouvelles pépites de son label pour la décennie à venir.

Bilton

La première signature de ce renouvellement du 92i survient en été 2019 avec le jeune Bilton. Venu tout droit des Hauts-de-Seine, il dévoilait son premier clip avec 92i en Décembre 2019 sur le morceau “Qui va m’arrêter”. On y découvre un rappeur très mélodique, à l’empreinte vocale identifiable grâce à son autotune exacerbé qu’il pose sur un beat aux couleurs dancehall.

Malgré qu’il soit la première recrue de ce “nouveau 92i”, il est celui qui a été le moins actif. En 2020 il ne compte que 2 morceaux sur les plateformes. Il confirme un univers très dansant avec “On est là” basé à nouveau sur une instrumentale dancehall. Quant au morceau “T’as pas idée”, il laisse entrevoir des envolées lyriques aux airs de Raï n B digne d’un petit Soolking. Il faudra sans doute encore patienter un moment avant de voir un projet venir à maturité de son côté.

 

Green Montana

Initialement repéré par Isha, le jeune verviétois de 26 ans Green Montana s’est rapidement dissocié des autres grâce à son esthétique inspirée des rappeurs US. Au programme grillz, tattoos et vêtements de créateurs. Le tout mélangé à une musicalité inhabituelle dans le paysage francophone puisque ce dernier nous délivre une trap mélodieuse presque cloud rap unique en son genre. Adepte des textes contemplatifs et intimes aux airs de gangster romantique, Montana à un profil encore jamais vu dans les rangs du 92i. Signé fin 2019, il comptait seulement 5 morceaux à son actif et en a sorti un dernier du nom de “Risques” aux côtés de son nouveau label en décembre 2019.

Bien accueilli par le public et la critique, il est toutefois plutôt discret pour le moment. Le rappeur a sorti vendredi dernier son premier morceau de l’année et 2020 semble être une année charnière dans son évolution. Il avait notamment commencé à refaire parler de lui en début d’année avec son featuring sur l’excellent 3ème volet de “La Vie Augmente” d’Isha. Mais surtout, il a annoncé la sortie de son premier album (qu’il qualifie carrément de game changer) du nom de “Alaska” pour le courant de cette année. À surveiller de très près.

 

SDM

La dernière recrue de ce “mercato” musical porte le nom de SDM et vient aussi du 92. Le rappeur de Clamart a annoncé sa signature le 20 février dernier alors que celui-ci avait dévoilé un feat avec PLK du nom de “Jack Fuego” un mois auparavant. Aujourd’hui le clip comptabilise déjà plus de 1 million de vue et présage une expansion très rapide pour le jeune. Le style de SDM s’inscrit clairement dans la veine de Trap française menée par Niska, Ninho et autre Koba LaD, le tout agrémenté d’une voix granuleuse et d’un flow violent qui n’est pas sans rappeler Damso à ses débuts.

Cependant, ses clips plus anciens laissent deviner un univers encore plus sombre et violent qui pourrait presque flirter avec la Drill, à voir si à l’avenir le rappeur gardera cette facette de sa musique ou non. En attendant, c’est déjà l’heure pour lui d’un nouveau succès puisque Booba lui a fait l’honneur d’un feat du nom de “La zone” avec un refrain mélodique très efficace. Un morceau qui ne laisse personne indifférent et qui a comme un parfum de hit.

Malgré une signature tardive, SDM à tout l’air d’être l’artiste le plus à même de relancer la tendance chez 92i.

 

7corp, les deux pieds dans la pop urbaine

Au-delà de ces 3 investissements conséquents, Booba a également créé une autre structure en 2018 du nom de 7corp. Une nouvelle équipe totalement indépendante de 92i qui accueille principalement des artistes de pop urbaine. Son développement ces derniers mois a été fulgurant en grande partie grâce à leur recrue la plus importante : Bramsito. Suite à cela, le label a accueilli de jeunes noms comme Dixon, Lestin et Nadjee. Des profils bien différents de ce que Booba a pu produire auparavant puisqu’ils sont avant tout des chanteurs de variétés et de pop. Un projet intelligemment pensé puisque la recette ouvre l’offre à une population d’auditeur très différente et surtout plus large, car accessible au grand public.

 

Booba et son entourage ont été omniprésents, courant 2000 et 2010, dans l’environnement musical francophone. Il semblerait qu‘il faudra encore compter sur lui pour façonner le nouveau visage du rap français pendant cette nouvelle décennie. De quoi rentrer définitivement dans la légende.

 

scroll up