Koba La D nous parle de son investissement dans le CBD et de son album

  • Nicolas Foret
  • 1 mois Ago
  • Musique
  • 11083 Views

À quelques jours de la sortie de son troisième album, Koba La D a choisi un angle de promotion différent. Le rappeur du 91, cultive depuis ses débuts cette différence qui fait sa force. Baigné depuis tout petit dans les sonorités du rap américain, il est à l’origine d’une révolution dans le rap français. Sa musique a généré beaucoup de “bébé koba”, qui ont tenté de surfer sur son énergie débordante pour percer. Koba La D, lui, continue de tracer son propre chemin avec la même équipe depuis ses débuts. Des rappeurs d’autres univers l’ont rejoint pour ce troisième album montrant une nouvelle fois son ouverture musicale.

En parallèle de cet album, Koba La D s’est investi à fond dans Grinta Green, sa nouvelle activité. Le rappeur a monté avec son équipe un commerce viable et complètement légal de vente de produits à base de CBD. Il entend naturellement se servir de sa notoriété pour faire décoller son business et ainsi pouvoir penser sereinement à sa vie d’après. Nous l’avons suivi pendant une après-midi dans son camion en train de sillonner Paris pour distribuer ses produits.

Comment ça se passe le couvre-feu dans le 91 ?

Franchement ça se passe bien, moi je le respecte. J’ai même plus besoin de sortir de chez moi et d’aller en studio, le travaille est fait l’album sort dans quelques jours. Je suis en mode promo à fond en ce moment.

Combien de temps as-tu mis pour construire cet album ?

Entre 9 et 10 mois, je dirais. J’ai pris un peu de temps à me remettre dedans après Affranchis, mais une fois que j’ai commencé je ne me suis plus arrêté. J’ai aussi voulu garder la même structure autour de moi. Je n’ai pas changé, je suis toujours au quartier avec la même équipe et je fume toujours autant de bedos. C’est la même merde.

Même après tes deux premiers albums tu n’as pas voulu déménager ?

Ma mère a déménagé oui, moi je suis resté au quartier c’est là bas que je suis bien. Pendant le confinement, j’étais en plein sur l’album. Ça m’a permis de me concentrer à fond sur le projet. Le confinement a été une bonne chose pour moi. Sans lui, l’album n’aurait pas été pareil.

J’ai fait une centaine de sons pour cet album. J’en ai sélectionné 15/16 et j’espère que c’est les meilleurs.

– Koba La D

Qu’est-ce qui a changé dans ta manière de travailler pour ce troisième album ?

Cet album j’aurais pu le faire en 9-10 jours tranquillement comme les autres, mais pour celui-là j’ai voulu faire le plus de son possible pour ne garder que les meilleurs. J’ai fait une centaine de sons pour cet album. J’en ai sélectionné 15/16 et j’espère que c’est les meilleurs.

C’est difficile cette phase de sélection pour toi ?

Oui c’est pas facile parce qu’il y a beaucoup d’éléments qui rentrent en compte. Je ne suis pas tout seul, on bosse en groupe donc il faut mettre de côté sa vision personnelle et écouter les gars de la team.

Le premier single c’est un feat avec Freeze Corleone, comment elle s’est faite cette connexion ?

C’est mon directeur artistique qui me l’a présenté. Il m’a montré ses clips et tout ce qu’il faisait, on s’est donné rendez-vous en studio et on a tué ça très rapidement. Je ne le connaissais pas du tout avant, mais c’était une belle découverte.

Vald j’aime vraiment son univers et c’est un mec simple, clair et efficace. C’est les vrais hommes ça.

– Koba La D

Il y a aussi Vald sur cet album, tu écoutes ses morceaux ?

Je l’ai rencontré aux Ardentes, on était les deux derniers de la soirée et du coup on a bien parlé. Ce feat il est prévu depuis 1 an et ça a été enregistré il y a moment déjà. Vald j’aime vraiment son univers et c’est un mec simple, clair et efficace. C’est les vrais hommes ça. J’ai toujours écouté tout ce qu’il faisait, je sais que ça peut être surprenant, mais moi j’écoute vraiment de tout.

C’est quoi la dernière grosse claque tu t’es pris en musique ?

En ce moment, j’écoute vraiment tout le rap anglais. Ça fait 1 an ou 2 que j’ai découverts et depuis ils régalent. Dutchavélli, Dave etc … c’est vraiment un régal.

Tu met ça dans la case Drill ?

Je ne sais pas ce qu’est c’est les catégories de musique. Je ne sais pas ce que c’est de la drill, de la trap etc … c’est du rap c’est tout il faut pas me parler de genre qui n’existent pas. Ceux qui ont inventé ça ils ne font qu’inventer des mots, ils ne font rien d’autre. Je m’en bats les couilles.

Là tu me fouilles j’ai 3 shits différents sur moi. Je ne rigole pas avec ça.

– Koba La D

Avec quel rappeur anglais tu voudras faire un feat ?

Dave sans hésiter. En termes de carrière musicale, c’est le boss pour moi c’est pas le même monde.

Du coup, tu écoutes moins de rap américain qu’à tes débuts ?

J’écoute toujours ma base, Chief Keef je crois que je ne décrocherais jamais. J’écoute tout ce qu’il sort, je suis obligé. Lil Baby j’aime beaucoup aussi, mais il y en a plein d’autres. En France il y a mon gars KOUMES qui fait du sale en ce moment on sent que ça va péter. Chicaille aussi très bon.

On s’est retrouvé devant ta boutique de CBD, pourquoi tu t’es lancé dans ce business ?

Parce qu’on vend de tout là dedans. Il y a du CBD, de l’huile des bonbons, des grinder il faut venir pécho. Il y a même ma beuh, la Grinta Green, on voit mon quartier sur la boîte. J’aime trop la drogue donc vu qu’on m’autorise à en vendre légalement j’y vais. Après perso je suis resté sur ma drogue classique il me faut toujours ma dose de THC. Là tu me fouilles j’ai 3 shits différents sur moi. Je ne rigole pas avec ça.

La plupart du temps, je rembarre mes stylistes qui m’apportent des pièces qu’ils disent à la mode du moment. Je préfère mes propres sapes.

– Koba La D

Quand tu lances ce business-là, c’est parce que tu penses à ta vie après le rap ?

C’est sûr que je ne vais pas faire du rap toute ma vie. Ça me casse déjà les couilles cet univers, mais le CBD par contre c’est l’avenir. C’est devenu légal, ça a passé un gros cap, mais il faut bien gérer son truc. Dieu merci la boutique marche bien donc on va en ouvrir une deuxième.

Dans le clip avec Freeze Corleone, tu portais une TN exclusive. D’où elle vient cette paire unique ?

C’est @sneakersid75 qui m’a fait ça très bien. Même celle que je porte aujourd’hui là je la porte tous les jours. Il me fait souvent des cadeaux donc je ne m’y attends pas du tout à ce que je vais recevoir. J’aime bien aussi les Air Max 95, les 98 aussi à une époque, mais sinon la TN ça reste la vie. Je préfère quand même les TN originales mais celles que je porte aujourd’hui elles sont uniques, c’est ça que j’aime vraiment.

On ne te voit pas trop porté de vêtements de luxe par rapport aux autres rappeurs, pourquoi ?

Tu ne me verras jamais avec une paire de chaussures de luxe. Même dans mes clips, j’essaye de m’habiller au maximum comme dans la vie de tous les jours. La plupart du temps, je rembarre mes stylistes qui m’apportent des pièces qu’ils disent à la mode du moment. Je préfère mes propres sapes, je ne suis pas à la mode. J’ai envie qu’on me voie dans mes clips comme je suis au quotidien.

Quelles sont les marques que tu portes au quotidien ?

Ça se résume entre 3 marques. Nike, Paul & Shark et CP Company. CP je l’ai découvert à cause des rappeurs anglais depuis je porte que ça.

Le nouvel album « Détails » de Koba La D est disponible sur toutes les plateformes de streaming.




scroll up