Linus Nutland nous explique comment sole swap ses sneakers avec Vibram

  • Nicolas Foret
  • 1 semaine Ago
  • Sneakers
  • 9910 Views

Est-ce qu’il vous est déjà venu à l’idée de réparer vos sneakers ? Beaucoup pensent que c’est une opération complexe hors de portée des simples amateurs. À seulement 22 ans, Linus nous prouve le contraire. Il a lancé @nike_server, une petite entreprise dans laquelle il chine de vieilles paires pour les réparer et les revendre. Pour cela, il utilise des semelles Vibram qui lui permettent de faire des sole swap en toute sérénité. Avec l’aide des cordonniers de la marque, ces réparations sont devenues de créations à part entière.

Grand passionné de sneakers vintage, il parcourt Ebay pour dénicher des designs assez peu communs. Nike Air Sunder Max, Nike Air Max 360 ou encore Nike Storm Beacon font toute partie d’un premier drop qui a fait le tour du monde. Il travaille désormais directement avec Vibram pour transmettre sa passion dans toute l’Europe. La marque organise cette semaine un atelier à Paris animé par Linus.

Nous avons échangé avec lui pour l’occasion.

Tout est parti du constat que j’avais des paires importables, et donc invendables.

– Linus Nutland

 
 

 
 

Bonjour, Linus, comment ça va ? Où es-tu en ce moment ?

Bonjour, je vais très bien, merci. Je suis actuellement assis dans mon studio dans l’est de Londres. J’ai emménagé ici il y a quelques mois avec des potes qui tiennent leur propre boutique, Inside Tag et Past Down Vintage et Past Down Vintage.

Tu es encore très jeune, peux-tu nous expliquer ton parcours ?

Je suis actuellement à l’université. En septembre, je vais y retourner pour terminer la dernière année de mon cours de design de vêtements de sport. Je gère ma boutique Nike Server depuis près d’un an. L’année dernière, j’ai aussi fait un stage d’un an au studio de mode durable R/EBURN.

Pourquoi as-tu commencé à t’intéresser à la mode et aux sneakers ?

Je pense que c’est en partie grâce aux cours de design de produits à l’école. J’ai aussi été entouré d’amis plus âgés qui s’intéressaient vraiment à toute la culture sneakers. Ces deux univers se sont mélangés et ont conduit à un intérêt personnel plus approfondi.

C’est vraiment intéressant de transformer les chaussures avec leurs semelles.

– Linus Nutland

 
 

Tu es aussi un passionné d’Outdoor, pourquoi tu t’es particulièrement intéressé à cet univers ?

Je pense que c’est lié par mes fréquentations quand je grandissais de 17 à 20 ans. Il y avait une poignée d’amis qui portaient des ACG, The North Face, Salomon, Arc’teryx bien avant tout le battage actuel. Cela est aussi dû en partie au fait que j’ai grandi à Bristol, qui est une ville entourée d’activité de sport extérieur. On y fait beaucoup de vélo de montagne et d’escalade donc il y a des pièces outdoor/fonctionnelles qui circulent.

Pourquoi as-tu commencé à personnaliser des sneakers ?

Tout est parti du constat que j’avais des paires de chaussures importables, et donc invendables. J’ai essayé de changer quelques semelles (j’ai échoué) et j’ai appris l’existence de la Vibram Academy à Londres.

Qu’est-ce qui à motivé ton choix d’utiliser les semelles Vibram pour les semelles ?

Principalement à cause de leur service Sole Factor. Au départ, il s’agissait surtout de trouver quelqu’un qui pouvait réellement assembler les chaussures pour moi. Mais maintenant, c’est bien plus les semelles et la technologie que VIBRAM propose. C’est vraiment intéressant de transformer les chaussures avec leurs semelles.

L’objectif principal de ce projet est d’éviter que les gens jettent leurs chaussures surtout si les tiges étaient en bon état.

– Linus Nutland

 
 

Où as-tu trouvé ces semelles au début ?

Directement à l’Académie Vibram de Londres. Avec les cordonniers Frank et Lee, nous avons travaillé en étroite collaboration sur la première série que j’ai faite et je continue avec eux.

Quel était ton objectif quand tu as commencé a en parler autour de toi ?

L’objectif principal de ce projet est d’éviter que les gens jettent leurs chaussures surtout si les tiges étaient en bon état. Deuxièmement, et surtout maintenant, nous essayons d’étendre le programme “Vibram : Sole Factor” et de l’orienter vers un public plus axé sur les sneakers. Nous travaillons également à permettre aux gens de choisir parmi une plus large gamme de semelles pour leurs chaussures.

Il y a un retour en force du custom dans la sneaker, d’où penses-tu que ça vient ?

Je pense qu’il y a plusieurs raisons. Le désir d’avoir un produit unique est certainement une raison importante, mais les gens comprennent aussi l’importance de la réparation. Les gens comprennent également les problèmes de durabilité concernant les déchets causés par la détérioration d’une sneakers. Il est très important de comprendre qu’on peut réparer une sneaker et je pense que les gens commencent à s’en rendre compte.

Il ne faut pas jeter ses sneakers, on peut les réparer.

– Linus Nutland

 
 

Tu as une formation de design, quel designer de sneaker admires-tu le plus et pourquoi ?

C’est une question difficile ! En termes de morale et d’éthique, ce serait Steve McDonald. Son travail chez Nike était très en avance sur son temps en termes de durabilité. Cependant, en termes de produit, ce serait Sergio Lozano, il a conçu ma Nike préférée, la Nike Zoom Drive de 2000, ainsi que de superbes modèles ACG comme la Mada et, bien sûr, la Air Max 95.

Quel est votre objectif en organisant ces académies dans différents pays européens ?

On veut montrer qu’il ne faut pas jeter ses sneakers, on peut les réparer. Ces deux activités permettent de redécouvrir ses sneakers et c’est assez fun.

La fabrication d’une paire de baskets produit, en moyenne, 13 kg d’émissions de carbone.

– Linus Nutland

 
 

 
 

Est-ce que tu revendiques une approche durable en changeant les semelles des paires ?

Oui, car la réparation sera toujours plus durable que l’achat d’un produit neuf. La fabrication d’une paire de baskets produit, en moyenne, 13 kg d’émissions de carbone. Rien qu’en 2020, on estime que la production de chaussures a atteint un niveau record, avec 24 milliards de paires fabriquées, ce qui représente beaucoup d’émissions de carbone. Dans le même temps, rien qu’au Royaume-Uni, 300 millions de paires de chaussures sont jetées chaque année, certains composants mettant 1000 ans à se décomposer complètement.

Ce sont les principales raisons pour lesquelles ce projet est durable, car il s’attaque à ces deux problèmes. Ce processus d’échange de semelles est également plus écologique que les techniques traditionnelles d’échange de semelles de baskets, car aucune semelle de donneur n’est nécessaire. Nous recyclons également tous les déchets récupérables du processus et utilisons des emballages recyclés et recyclables.

Y a-t-il une paire de chaussures dont tu aimerais changer la semelle et que tu n’as pas encore pu changer ?

J’aimerais essayer une Air Rift, mais je ne suis pas sûr de savoir comment elle fonctionnerait avec l’orteil fendu. J’ai aussi quelques paires de Nike Silver Fish 2001 qui pourraient avoir l’air cool !

La Vibram Academy avec Linus Nutland est ouverte jusqu’à samedi. Les inscriptions aux ateliers sont disponibles.

Images Footpatrol & Nike_server

 
 

scroll up