Tobie Hatfield nous explique sa nouvelle innovation pour Nike

  • Nicolas Foret
  • 9 mois Ago
  • Nike
  • 12426 Views

Trop souvent présenté comme le frère de Tinker, Tobie Hatfield est pourtant à l’origine d’innovations majeures de Nike. Le designer est entre autres à l’origine de la Presto, de la technologie Free et de la Sock Dart , des innovations qui ont révolutionné le monde du running. Ses prochains combats pour Nike se tournent désormais autour de l’accessibilité. L’année dernière, il dévoilait la technologie Flyease qui offrait la possibilité à chacun d’enfiler sa paire sans les mains.

Il revient aujourd’hui avec une nouvelle évolution de son innovation : la Nike GO. Entretien avec l’un des plus grands designers de Nike.

Est-ce que vous pouvez nous expliquer votre parcours chez Nike ?

Je viens de fêter mes 30 ans chez Nike, donc c’est une longue histoire. Je viens du monde de l’athlétisme, j’ai essayé d’aller le plus loin possible dans mon sport avant de devenir coach. À la fin des années 80, Nike était à la recherche d’athlètes pour intégrer ses équipes. J’y suis allé sans trop vouloir ce que je voulais y faire. Je n’ai aucune formation en design, j’ai tout appris au fil du temps. J’ai commencé par les départements des matériaux. J’y étudiais la gomme ou le plastique qu’on utilise sur les chaussures. 

Après j’ai eu la chance de devenir développeur, c’est-à-dire la personne qui fait vivre le design du papier en un réel objet commercialisé à grande échelle. En parallèle de tout ça, en 2000, on a formé un groupe appelé « Innovation Kitchen ». À peu près toutes les technologies qui arrivent aux pieds des consommateurs viennent de cet espace aujourd’hui.

Le grand public vous connais pour la Presto, est-ce que vous le considérez comme votre design le plus ambitieux ? 

Oui je pense parce que c’était vraiment mon tout premier design à but commercial. Les premiers produits que j’ai conçus étaient destinés à des athlètes de niches. Pour la Presto, j’ai tout de suite compris qu’elle pouvait s’adresser au monde entier. Lorsque j’ai commencé à réfléchir à comment on pouvait vendre une chaussure comme avec un sizing de vêtement, le challenge était dingue. Les gens pensaient que j’étais fou en réalité. J’ai dû parler de l’idée en interne et rassembler les gens autour de ce concept. C’est une chaussure complexe qui a l’air simple.

À l’époque, Mark Parker, le CEO de Nike la considérait comme une toile blanche parce qu’on peut mettre n’importe quelle couleur sur elle. Quand on lance une chaussure, on ne présente en général que 3 ou 5 coloris maximum. Lorsqu’on a parlé de 30 coloris pour le lancement, c’était incroyable. On pensait qu’on était fou encore une fois, mais on a réussi à rendre ce lancement fun. Les gens sont entrés dans cette histoire et c’est devenu une chaussure fun. Les consommateurs se demandaient« Quel est ton coloris préféré ? Quel personnage tu préfères ? », la symbiose à pris.

Ça peut-être très frustrant parce qu’on rencontre beaucoup d’échecs, mais on doit rester toujours exigeant

– Tobie Hatfield 

Quel est l’objectif de l’Innovation Kitchen chez Nike ?

On y fait des choses assez similaires à des chefs dans une cuisine. On essaye d’y créer le prochain meilleur plat en quelque sorte. Ça se traduit en la prochaine meilleure chaussure, pièce de vêtements équipements chez nous. On prend les différents ingrédients à notre disposition, on les mélange et on les goûte pour voir si ça fonctionne. Souvent ce n’est vraiment pas bon et on doit tout recommencer. C’est pour ça qu’on l’appelle « l’Innovation Kitchen » parce que comme dans une cuisine on met énormément d’efforts dans la nourriture que l’on fait. Ça peut-être très frustrant parce qu’on rencontre beaucoup d’échecs, mais on doit rester toujours exigeant.

Pour nous, le meilleur est temporaire.

– Tobie Hatfield

Vous présentez aujourd’hui la technologie Nike GO, quel a été votre plus gros challenge avec cette innovation ? 

On devait s’assurer que cette innovation répondrait à la rigueur d’un athlète du quotidien. Souventn on réparait quelque chose et ça cassait à un autre endroit. C’était un grand défi parce qu’une chaussure qui se plie de cette manière ça n’a jamais été fait. La Nike Go est mécaniquement complexe, mais quand on la voit et qu’on l’utilise elle est très élégante et intuitive. Combiner cette complexité avec une apparence simple ce n’est pas quelque chose de facile à faire. C’était probablement le plus gros challenge de ce projet.

Est-ce que cette technologie sera amenée à être déclinée pour d’autres sports ?

Pour le moment c’est encore un peu tôt pour savoir où elle sera utilisée. Nous croyons au progrès et à la création de choses meilleures et pour nous le meilleur est temporaire. On doit toujours chercher à devenir meilleur. Nous verrons jusqu’où va aller cette technologie, mais on recherche déjà la technologie d’après.

Tobie et Tinker Hatfield à l’entrainement

Comment voyez-vous le futur du footwear design ?

On travaille actuellement sur le futur, mais ce qui m’excite vraiment ce sont les choses sur lesquelles on ne travaille pas encore. Les innovations que je ne connais pas sont les plus cool. C’est très dur de prédire le futur, il y a un certain mystère autour et c’est ce qui m’existe après 30 ans de design. Je garderai toujours le bien-être des athlètes en tête et je veux les aider à ce qu’ils atteignent leur meilleur potentiel. 

Quels conseils donneriez vous à un jeune designer qui veut se spécialiser dans la chaussure ? 

La première chose, c’est une question que je lui poserai « Quelle est ton identité ? ». L’identité de Nike c’est d’apporter de l’inspiration et de l’innovation à tous les athlètes du monde. C’est notre identité d’entreprise et si tu viens travailler chez Nike ça doit faire partie de ton identité. En tant qu’individu, je veux que les jeunes designers aient conscience de ça. Honnêtement, j’aurai aimé qu’on me pose cette question plus tôt. J’essaye aujourd’hui de leur faire prendre conscience de leur identité.

Don’t Overthink it, Just Think it Over

– Tobie Hatfield

La deuxième chose que je dis à tous les designers et à moi même : “Don’t Overthink it, Just Think it Over”. On peut courir comme un hamster dans une roue qui tourne sans arrêt, mais ce n’est pas comme ça qu’on progresse ou qu’on va de l’avant. C’est souvent parce qu’on réfléchit trop. C’est bien de prendre de recul, de réfléchir et d’avancer ensuite. À chaque fois que je recommence à tourner en rond, je me dis que je suis en train de trop réfléchir. Vous avez simplement à avoir une bonne logique et un bon process dans ce que vous entreprenez, mais n’en faites pas trop. 

La nouvelle Nike Go FlyeEase sera disponible dans 3 coloris le 15 février via un système d’invitation sur le Nike Store.


scroll up