3 supporters nous parlent de leurs jerseys favoris

  • Nicolas Foret
  • 2 jours Ago
  • Clothing
  • 2279 Views

Le maillot de foot occupe une place très importante dans notre vie. Que l’on soit le plus fervent supporter d’un club ou simplement là quand l’équipe gagne, nous sommes tous rattachés à un jersey. Certains y vouent même un rite particulier qui chaque année les amène en magasin pour acheter le nouveau maillot de leur équipe. Pour célébrer l’universalité du jersey tout en le détournant de sa fonction première, dépassant ainsi le cadre sportif, Umbro a imaginé six nouveaux maillots de gardien.

En hommage au style “excentrique” de Jorge Campos dans les 90’s, ce drop original et coloré concerne exclusivement les maillots de gardiens de trois clubs de football Français. Parce que tout le monde a son importance sur un terrain, ces nouvelles tuniques de portier de Reims, Guingamp et Caen lui permettent de mettre en avant tous les acteurs du terrain. Des joueurs, aux supporters en passant par le staff, toutes ces personnalités sont liées par le même maillot. Nous avons discuté avec des supporters de ces équipes pour qu’ils nous parlent de leur passion pour le club et de leur manière de porter le jersey au quotidien.

Quel est le premier souvenir que tu as avec ce club ?

Eliot, supporter de Reims : Mon premier souvenir avec ce club c’est bien-sûr quand mon père m’emmenait au stade Auguste Delaune. Je pense que pour beaucoup d’entre nous c’est un souvenir qui restera à jamais gravé dans nos vies peu importe les supporters. Plus particulièrement le stade Auguste Delaune, qui existe depuis très longtemps et a vu passer nos grands-parents, nos parents et maintenant moi.

Charlotte, supportrice de Caen : Mon premier souvenir avec le Stade Malherbe de Caen c’est aussi quand j’allais au stade avec mon père. L’esprit de famille, l’esprit de compétition, l’esprit sportif, tout ce qu’on aime.

Moussa, supporter de Guingamp : Mes premiers souvenirs renvoient à l’histoire récente du club, en 2002-2003 avec la grosse équipe, Didier Drogba, Florent Malouda et avec l’entraîneur Guy Lacombe. Ils font une superbe saison et finissent septième.

Est-ce que tu as en tête un gardien emblématique qui t’aurait marqué ?

Eliot : Récemment, je dirais Edouard Mendy, mais plus pour l’histoire de ce gardien. Il a failli arrêter le football et vraiment rebondi à Reims. Maintenant on voit tous où il en est et il dispute une finale de ligue des champions, je trouve ça magnifique.

Charlotte : Pour moi, le gardien emblématique de l’équipe reste Benoit Costil, c’est vraiment un gardien rattaché à ma jeunesse, considéré comme un gardien sympathique à Caen.

Pour moi un beau jersey, c’est un maillot qui allie à la fois l’imagination, la création ainsi qu’un design contemporain

– Moussa, supporter de Guingamp

Quelle est ta définition d’un beau jersey ?

Moussa : Pour moi un beau jersey, c’est un maillot qui allie à la fois l’imagination, la création ainsi qu’un design contemporain, tout en conservant les couleurs du club.

Eliot : Selon moi, un beau jersey c’est un maillot qui est vraiment travaillé, que ce soit aussi bien dans l’attention portée au col que dans le choix des coloris. J’accorde beaucoup d’importance au col. Ce maillot là est plutôt cool avec le col polo, ce n’est pas juste un col rond, on sent qu’il y a été travaillé et les couleurs s’accordent bien.

Quel est ton maillot préféré du club ?

Moussa : Alors j’en ai deux. J’ai celui de la victoire en coupe de France en 2009 et aussi celui de 2014 lors de notre victoire en coupe de France face à Rennes. Ce sont deux très beaux maillots.

Eliot : Malheureusement je n’ai pas eu la chance de les voir en action, c’était ceux des années 1950, 1960 avec Just Fontaine par exemple. On avait des vieux cols, avec les cols polos qui descendaient et les lacets, je les trouvais vraiment authentiques. Là c’est le plus beau maillot, il s’en rapproche un peu tout en restant dans l’ère du temps, c’est en tout cas ce que j’apprécie et que je recherche dans un maillot.

Charlotte : Pour le coup ce n’est pas le mien mais celui de mon père, le maillot du Stade Malherbe de 1993 avec les bandes rouge et bleu originales, des manches longues et c’est également l’année de ma naissance.

On ne met pas les maillots que pour aller au stade, mais également pour sortir et faire n’importe quelle activité de la vie quotidienne

– Eliot, supporter de Reims

Est-ce que tu as vu la place du jersey changer dans la rue et la mode en général ?

Moussa : Complètement, je trouve qu’aujourd’hui les maillots sortent de leur fonction première et sont plus orientés pour la vie de tous les jours. On peut les intégrer dans pleins de styles. Je trouve ça plus cool, on peut le porter sans forcément aller au stade. Je considère que c’est dans l’air du temps, il faut savoir s’adapter.

Eliot : On la voit vraiment changer au fil des années. On ne met pas les maillots que pour aller au stade, mais également pour sortir et faire n’importe quelle activité de la vie quotidienne. On voit vraiment que la place du maillot a changé dans la vie de tous les jours et jusque dans la mode. On n’est plus dans la simple tenue du supporter.

En portes-tu souvent dans ta vie quotidienne ?

Moussa : Oui complètement, je peux en porter les lendemains de victoires (rires) Je peux aussi les porter pour aller au bar regarder un match, à la maison également. Je le porte toujours avec fierté.

Eliot : Personnellement j’en porte souvent pour aller au stade, ce qui paraît être une évidence, mais aussi chez moi ou pour sortir aller boire un verre entre potes, mais surtout dans une autre ville, pour montrer fièrement d’où je viens et supporter mes couleurs.

Quels changements t’ont le plus marqué dans les jerseys de ton club ?

Eliot : Les changements qui m’ont le plus marqué sont associés à la forme et aux coupes, les maillots sont plus légers que les précédents. En 2010 ils étaient plus cintrés et moins agréable à porter. Tandis qu’aujourd’hui ils ont une coupe comparable à celle de n’importe quel t-shirt, c’est vraiment une chose importante et je pense que ça contribue au fait qu’on puisse les porter pour n’importe quelle occasion.

Charlotte : Le visuel et les couleurs du maillot n’ont pas évolué, ce sont toujours nos couleurs phares qui sont le bleu et le rouge. Mais en termes de matière et de modèle, maintenant c’est beaucoup plus technique, plus fin et plus agréable à porter, autant pour nous que pour les joueurs.

Quels jerseys de ta collection préfères-tu ?

Moussa : J’ai pas mal de maillots historiques, dont les maillots de 2009 et 2014 évoqués précédemment, années où l’on a remporté la Coupe de France. On va dire que je conserve les maillots en lien avec des moments forts, les moments clés historiques de l’équipe. Notamment ceux me permettant de me remémorer un beau titre ou une belle victoire passé(e)s

Ces maillots uniques développés par l’équipementier anglais témoignent de son héritage puisque ceux-ci sont directement inspirés Jorge Campos, le gardien mexicain emblématique vêtu par Umbro dans les années 90.

Surprenants à l’époque, ils présentent des designs graphiques originaux composés de diverses formes abstraites et multicolores. Remis au goût du jour, ces six nouveaux maillots de gardien présentent une coupe ainsi qu’un col type “polo”, complétée par un rappel du drapeau tricolore français au niveau de l’encolure. Ils seront tous disponibles début juillet sur le site de Umbro.

Ce drop s’intègre dans la campagne “Our game makes everyone Shine”.

scroll up