youv dee interview wave

Youv Dee : “Le rap français n’a plus rien à envier au rap américain”

  • Nicolas Foret
  • 2 mois Ago
  • Musique
  • 6520 Views

Symbole d’une génération qui ne connaît pas les frontières, Youv Dee incarne aujourd’hui le futur du rap français. Membre actif de l’Ordre du Periph, Youv Dee a su tracer sa propre route, mais ne reste jamais bien loin d’un entourage toujours omniprésent. Le jeune rappeur a pendant longtemps fait ses gammes dans le Val-d’Oise, mais a cependant depuis quelque temps poser ses valises au coeur de Paris à République. Après le succès de Gear 2 & 3, le rappeur doit maintenant convertir toutes les attentes qui se sont construites autour de lui. Rencontre avec Youv Dee à l’occasion du lancement de la nouvelle D/MS/X.

Tu as déjà sorti deux projets importants avec tes Gear, qu’est ce qui a changé depuis tes premières lignes écrites au lycée ?

Les Gear 2 & 3 sont des mixtapes, c’était une manière de montrer que je suis en train d’apprendre comment on fait de la musique. Mon objectif était de poser les bases de mon univers. L’album c’est l’étape supérieure. Il faut montrer que tu as su construire un personnage avec une certaine cohérence, c’est un ensemble plus abouti. J’ai pu passer très vite les étapes donc ma manière de travailler a évolué depuis le début. J’écris de mon côté et depuis quelque temps je m’enregistre tout seul. J’ai pu apprendre à le faire de chez moi de même que les prods que je commence à faire en solo.

Tu ne vas pas abandonner Skuna ?

Non pas du tout, on fera des collaborations peut-être un jour, j’en ai déjà faites quelques-unes avec des potes d’ailleurs. De toute façon pour l’instant je ne pourrai jamais faire une prod meilleure que Skuna. C’est notre sauce qu’on a construite ensemble donc automatiquement ça ressemble à ses prods.

Ton entourage a changé ?

J’ai toujours mon équipe de proche en studio. L’Ordre du Périph, Sirap ou encore Thahomey ne sont jamais loin même si avec le temps j’ai rencontré plein d’autres personnes, mais ces gars restent mon crew proche.

Avec quel type de musique tu as grandi ?

Grâce à mon père, j’ai vraiment grandi avec le rap. Tout petit, il me faisait écouter du son dans sa voiture. Tupac, Biggie, Snoop Dog … il m’a tout mis dans les oreilles. C’est mon père qui a fait mon éducation musicale jusqu’à l’époque des DJ Khaled et Lil Wayne. À partir de cette période, j’ai commencé à aller chercher mes propres sons. On a la chance d’être l’une des premières générations à pouvoir aller fouiner au plus profond possible dans ce qu’il se passait ailleurs donc j’ai tout écouté.

Avec du recul, tu penses avoir été plus inspiré par le rap américain ou le rap français ?

Je pense avoir été plus inspiré par le rap américain, j’ai même plus travaillé avec des étrangers que des rappeurs français en général. Cependant, aujourd’hui je ne vois pas forcément de séparation entre ces deux univers. J’ai écouté l’album de Niska par exemple je le trouve vraiment chaud.

Mais pourquoi penses-tu que toute une partie du rap français ne s’intéresse pas au rap américain ?

Le rap français reste indéniablement lié à ce qu’il se passe aux États-Unis. Tous les producteurs français s’inspirent du rap américain donc forcément les instrus vont ressembler à ce qui se fait là-bas. Mais je pense sincèrement qu’aujourd’hui le rap français n’a plus rien à envier au rap américain. Le seul avantage du rap américain c’est que le monde entier est en mesure de le comprendre. Je me suis rendu compte en voyageant que les personnes que je rencontrais aimaient vraiment le rap français.

Qu’est-ce qu’elles écoutaient les personnes que tu as croisées ?

Par exemple, j’étais à Los Angeles avec un producteur qui avait travaillé avec Lil Xan et Smokepurpp, le seul rappeur français qu’il connaissait c’était Jazzy Bazz. C’était même son ancien crew, Cool Connexion donc quelque chose qui date vraiment.

 À quel point les mangas te font réfléchir aujourd’hui dans ton travail ?

On ne peut pas dire que ça m’inspire dans ma musique, mais dans mon style de vie en général. C’est plus l’éthique du personnage de manga qui me parle vraiment. Dans les mangas de type Shonen par exemple, il y a toujours l’éthique du héros qui n’est pas du tout le meilleur, mais qui grâce à sa volonté surpasse des gens qui sont supérieurs à la base. Le plus intéressant c’est que quand on s’intéresse à l’histoire de ces mangas c’est que c’est souvent inspiré de la vraie vie des mangakas.

Tu as les mêmes références que 7Jaws qu’on a rencontré il y a quelques mois …

Oui complètement, je m’entends bien avec Jaws d’ailleurs il est parti au Japon encore sans moi j’ai vraiment la haine. Il faut absolument qu’on y aille ensemble.

On te rencontre dans le cadre de ta campagne avec Nike, tu considères ça comme un level up ou une simple étape à passer ?

Je ne le vois pas comme une étape a passer parce que ça voudrait dire que c’était un objectif que je m’étais fixé. Mais à l’époque, quand j’étais petit et que je voyais des rappeurs, recevoir des paires ça me faisait rêver. Je dépensais déjà beaucoup d’argent tous les mois sur des paires que j’allais dénicher sur Ebay ou sur des sites étranges.

Quels genres de paires tu allais chercher ?

J’allais chercher des sneakers bien avant que tout le monde se mette à en porter en France. Je trouve que la France a beaucoup changé sur sa manière de s’habiller d‘ailleurs. D’un seul coup, il y a eu des sneakers addicts qui sont arrivés alors qu’avant il y avait juste des mecs comme moi qui voulaient se faire plaisir sans trop dépenser. Je n’étais pas vraiment un collectionneur parce que la paire que je trouvais j’allais la saigner pendant des mois. Par exemple quand Nike a commencé à faire les rétros des Air Max 95,96,98 nous on était dégoûté parce que c’était vraiment un plaisir d’aller chercher celle de 2003 ou 2004. C’était mes cartes Yu-Gi-Oh.

C’est quoi la paire que tu as le plus traquée ?

C’est une Nike Tailwind 96 blanche et bleu. C’est l’une des premières paires qui a vraiment choqué les gens quand je la portais.

La Nike D/MS/X portée par Youv Dee est disponible sur le Nike Store.

16
09
19
Nike Signal D/MS/X
Bleu héros/Aqua clair
130 €
AT5303-800

 

Photos : @Oui_lit

 

scroll up