Dustin Poirier sanctionne Conor McGregor dès le second round

  • Thomas Chassin Jousse
  • 9 mois Ago
  • MMA
  • 10154 Views

Malgré sa victoire impressionnante en 40 secondes, acquise il y a un an maintenant contre Cowboy, cette nuit le manque de rythme a coûté cher à Conor McGregor. Un constat terrible pour la superstar irlandaise foudroyée dès le deuxième round par un redoutable Dustin Poirier.

L’ambiance d’un combat pour le titre

7 ans ont passé depuis leur premier affrontement et les carrières des deux hommes ont tellement évolué depuis que le terme de revanche est sûrement quelque peu usurpé. L’objectif est ailleurs, le roi Khabib a abandonné son trône et la catégorie des lightweight est en fusion, les victoires vont valoir chères, les têtes d’affiche de la division le savent, une victoire de prestige offrira très certainement un accès direct au Title Fight. C’est dans cette optique que Dustin “The Diamond” Poirier et Conor McGregor, respectivement numéro 2 et 4 de la catégorie se retrouvaient lors de l’UFC 257 qui se déroulait cette nuit à l’Etihad Arena.

 

 

La planète mma et les bookmakers s’accordaient sur une logique en deux phases avant ce combat. Conor devait pouvoir tirer avantage des premiers rounds et tenter d’abréger rapidement le combat. A l’opposé de cette prédiction, si l’affrontement se prolongeait jusqu’aux derniers rounds, Poirier et sa ténacité sans égale finiraient par prendre l’avantage sur McGregor dont le cardio sous pression lui a souvent posé problème.

Au-delà même de l’aspect tactique, quelque chose semble différent lorsque l’on observe l’entrée dans la cage du Notorious. Bien moins agité et beaucoup plus calme qu’à l’accoutumée, l’irlandais semble très concentré, laissant de côté son jeu d’intox habituelle. Un point positif parrait-il, si il n’est pas teinté d’une discrète mais perceptible crispation.

1er round

Avec des allures de combat pour le titre, le rideau se lève. Comme attendu, les qualités de boxeurs des deux combattants sont directement exposées avec plusieurs assauts et contres tentés de part et d’autre. Le rythme semble s’équilibrer avant que Poirier ne parvienne à surprendre McGregor en lui infligeant un premier takedown.

 

 

L’irlandais aime imposer son rythme, ses adversaires le savent. Pour éviter d’être submergé par la précision des coups de Conor il faut lui perturber sa respiration en maintenant un rythme élevé, en l’amenant au sol et en le fatiguant. Une oppression que Poirier est parvenu à parfaitement exécuter en maintenant son adversaire contre la cage, en enrayant ses mouvements et ses tentatives pour s’écarter. Le moment choisi pour Conor de ressortir ses fameux coups d’épaules au corps à corps qui avaient fait tant de mal à Cerrone. Mais le diamant est incassable, Poirier est touché à plusieurs reprises mais décide de rentrer dans le jeu de l’irlandais, esquissant au passage quelques sourires.

L’objectif était d’être technique et de choisir mes coups pour avoir un gros finish.

Plus de deux minutes viennent de s’écouler, on ne le sait pas encore mais l’américain vient d’avancer ses premiers pions. Les sensations dans la cage lors d’un combat officiel ne sont pas les mêmes que lors d’un sparring à la salle, Conor n’a que 3 combats dans les jambes en 3 ans, sa dernière victoire ayant été aussi impressionnante qu’expéditive, son manque de rythme s’avance donc comme le pire des handicaps dans un combat de cette envergure.

2ème round

Toujours sans émotion palpable sur son visage, c’est pourtant McGregor qui va prendre le dessus dans cette fin de 1er round, le combat a repris debout et les assauts pieds-points de l’irlandais font toujours aussi mal, Poirier est encore touché, assez clairement à la vue des ralentis, mais c’est encore une fois sa capacité à encaisser sans broncher et sans baisser son rythme offensif qui impressionne. Les commentateurs l’attestent d’un “very good round”, la guerre est lancée et déjà beaucoup d’énergie a été dépensée.

 

 

Malgré les prédictions des experts, les nombreux échanges du premier round et le takedown subis par Conor ne paraissent pas avoir endommagé sa determination, mieux encore, l’irlandais augmente le rythme et prend le centre de la cage, la chasse commence et dès lors il ne lâche plus l’américain, multipliant les attaques conclues par sa terrible gauche ou ses uppercuts hors norme. Poirier vacille mais en comparaison avec son précédent combat contre Dan Hooker, le constat est clair, il en faudra plus pour le terminer. Mystic Mac avait promis un chef d’oeuvre, il sera nécessaire pour faire plier son opposant, car l’américain semble dangereusement serein malgré la situation.

Tout en continuant d’encaisser, le numéro 2 de la division a démarré un travail de sape en multipliant les low kicks sur la jambe avant de l’irlandais. Laissant passer l’orage et en un claquement de doigts, Poirier reprend le centre de la cage et déclenche une phase impressionnante en striking qui vient impacter lourdement McGregor. L’irlandais est pris à son propre jeu. Moins en rythme, moins résistant, il subit les points de l’américain qui s’écrasent comme des balles d’acier contre son corps. Sur un ultime crochet, Dustin Poirier finalise cette terrible avancée, obligeant l’arbitre du soir, Herb Dean  à intervenir. The Diamond signe une victoire de prestige et s’impose comme le premier combattant à infliger un TKO à Conor McGregor dans sa carrière à l’UFC.

La promesse de Conor 

Je n’étais juste pas là où je devais être ce soir, je reviendrai encore, j’ai besoin d’être actif. C’est dur de surpasser l’inactivité aussi longtemps. Les legs kicks étaient bons. Cette jambe était morte. Dustin est un combattant formidable. Je dois dépoussiérer tout ça et revenir. Tu ne peux pas t’en tirer en étant inactif dans ce business. Bien joué Dustin. C’est dur à avaler.

Une désillusion terrible pour l’irlandais qui avait multiplié les sorties médiatiques ces dernières semaines pour annoncer un retour triomphant et de nombreux combats à venir. Le constat est cruel mais logique et c’est un Conor McGregor honnête et touché dans son estime de combattant qui a sagement reconnu que son inactivité longue durée a pesé lourd. Il n’y a pas de recette magique, c’est également ce que s’est permis de soulever Khabib après le combat. Le Daghestanais ne se faisant pas prier pour tacler l’irlandais.

Voici ce qui se passe, quand tu changes d’équipe, tu te sépares des sparring-partners qui ont fait de toi un champion et tu t’entraines avec des petits enfants, loin de la réalité.

Dans le reste de l’actu sport, la team Nike SB skate Melbourne dans une nouvelle mixtape.

Tags:
Thomas Chassin Jousse

Rédacteur / Team WAVE®

Related posts

Leave a Reply

scroll up