lebron-james-los-angeles-lakers-nba

Tout ce qu’il faut savoir avant la reprise de la NBA

  • Frederic Yang
  • 7 mois Ago
  • Basket
  • 5045 Views

La NBA reprend ses droits ce mardi 16 octobre. Si vous n’avez rien suivi de l’actualité et des transferts de l’intersaison, voici l’article qui va vous mettre à la page avant le début des hostilités.

Les gros trades de l’été

lebron-james-los-angeles-lakers

LeBron James aux Los Angeles Lakers

C’est le gros transfert de l’été 2018. Le 9 juillet 2018, le « King », LeBron James, a décidé de quitter son trône de Cleveland pour tenter de régner dans la prestigieuse franchise des Lakers de Los Angeles. Un « trade » de jeux vidéo rendu en partie possible par le travail de sape du président de la franchise californienne et ancienne gloire NBA Magic Johnson. LeBron, qui a signé un contrat de 154 millions de dollars étalé sur 4 ans, va évoluer, pour la première fois en 15 ans de carrière, dans une équipe de la conférence Ouest.   

Leonard aux Toronto Raptors

C’est l’autre gros coup réalisé cet été ! Après quasiment un an à vivre caché loin des parquets NBA, le mystérieux (voire mystique) Kawhi Leonard a dit adieu aux Spurs de San Antonio pour rejoindre les Raptors de Toronto pour un an. Cette saison sera cruciale pour l’ailier polyvalent puisqu’il sera agent libre la saison prochaine et il devra donc tout exploser cette saison pour espérer décrocher un contrat max la saison prochaine (comprenez à contrat très lucratif). Chez les Raptors… ou ailleurs.   

DeMar Derozan aux San Antonio Spurs

Si Leonard a quitté les Spurs pour rejoindre Toronto, DeMar DeRozan a donc fait le chemin inverse. Meilleur marqueur de l’Histoire des Raptors, l’arrière de 29 ans a tout à prouver dans une franchise reputée pour son académie de jeu. Son défi : devenir all star dans une conférence très compétitive et devenir l’option offensive n°1 de la franchise dès sa première saison.

Carmelo Anthony aux Houston Rockets

Melo continue son tour des États-Unis. Après Denver, New-York, et Oklahoma City, Carmelo Anthony a atterri cet été à Houston pour former un Big 3 en compagnie de James Harden et Chris Paul. Dans une équipe qui ne jure quasiment que pour le tir à 3 points et les dunks, Anthony devrait se régaler et frôler les 10 tentatives à trois points chaque soir.

DeMarcus Cousins aux Golden State Warriors

Voilà le transfert qui a fait rager une bonne partie des joueurs et des fans de NBA. L’un des meilleurs pivots de la Ligue, DeMarcus Cousins a rejoint la meilleure équipe de la Ligue, Golden State. Après une année gâchée par une terrible rupture du tendon d’Achille, celui qu’on surnomme « Boogie » a signé un contrat d’un an chez les champions NBA en titre, avec un petit salaire de 5 millions de dollars. L’objectif est clair pour lui : remporter un premier titre NBA. Cela tombe bien, les Warriors ont encore faim de trophées et de bagues de champion. 

Jimmy Butler ?

L’arrière all star, Jimmy Butler alimente les rumeurs depuis trois semaines. Après une saison chez les Timberwolves de Minnesota, le joueur a indiqué à sa franchise qu’il voulait être transféré avant le début de la saison. Pour l’instant, le joueur n’a trouvé aucun preneur. Affaire à suivre…

Les Rookies à suivre de près

Ils sont jeunes et ambitieux. Parfois vicieux. Mais surtout, ils font leur premier pas dans la Ligue de leur rêve. Voici les rookies à suivre cette saison. 

luka-doncic-dallas-mavericks

Luka Doncic (Dallas Mavericks)

Tout droit venu de Slovénie, Luka Doncic est un phénomène du basket. Vous pensiez que Kylian Mbappé était précoce ? À 19 ans, Doncic a déjà remporté l’EuroBasket avec la Slovénie et l’Euroligue (l’équivalent de la Ligue des champions) avec le Real Madrid tout en finissant meilleur joueur de la compétition. Choisis « seulement » à la 3e position de la Draft NBA 2018 par les Hawks d’Atlanta, le joueur a été échangé dans la foulée contre Trae Young aux Dallas Mavericks. Une franchise particulièrement adaptée pour qu’il exploite son plein potentiel. Incroyablement polyvalent, Doncic est l’un des grands favoris au titre de rookie de l’année.

Trae Young (Atlanta Hawks)

Physiquement, Trae Young est un joueur carrément lambda. À peine 1,85 m dans une Ligue de géants et un corps « de lâche ». Mais ne vous fiez pas aux apparences, Trae Young est un tueur au sang froid qui aime par-dessus tout dégainer 3 mètres derrière la ligne à trois points. Comparé à Steph Curry, Trae Young a pour modèle l’illustre Steve Nash avec qui il partage un sens de la passe inné. À Atlanta, Young aura tranquillement le temps de se développer mais ses débuts risquent d’être compliqués. À voir !

DeAndre Ayton (Phoenix Suns)

Avec son corps de buffle et sa tête de daron alors qu’il n’a que 20 ans, DeAndre Ayton est le rookie qui paraît le plus prêt à s’imposer dès sa première saison. Le numéro 1 de la Draft devrait faire beaucoup de bien aux Suns de Phoenix, qui manquait d’un point de fixation à l’intérieur efficace pour accompagner les tireurs d’élite qui composent l’équipe. Le titre de rookie de l’année ne sera pas loin pour lui.

Miles Bridges (Charlotte Hornets)

Un dunkeur fou dans la franchise de Michael Jordan. Voilà qui devrait ravir sa Majesté. Miles Bridges, c’est un ailier polyvalent très puissant et athlétique. Sa simple présence sur le parquet a électrisé les foules durant les matches de présaison, surtout après ses claquettes/dunks ravageuses. Rien que pour ses highlights, Miles Bridges méritera clairement notre attention cette saison. 

Marvin Bagley III (Sacramento Kings)

Sélectionné en deuxième position de la Draft 2018, à la surprise générale, Marvin Bagley troisième du nom reste une interrogation. C’est un excellent joueur, gaucher, habile, mais qui ne devrait pas être un joueur majeur dès sa première saison. Cependant, son potentiel reste énorme. La preuve ? Il a été signé par Puma qui voit en lui en grand joueur d’avenir…

Les Frenchies à suivre

Cette saison, 11 français devraient fouler les parquets de NBA. On a sélectionné les 5 Frenchies à observer en priorité.

Elie Okobo (Phoenix Suns)

The new kid on the block ! Pour sa première saison en NBA, le jeune Elie Okobo devrait avoir des minutes pour faire étalage de son talent. Dans une équipe qui manque de meneurs de jeu d’expérience, le Français a clairement une carte à jouer et pourrait, pourquoi pas, gratter une place de titulaire au fur et à mesure de la saison. Impossible n’est pas français, non ?

Evan Fournier (Orlando Magic)

Meilleur marqueur français en NBA avec ses 17,8 points de moyenne la saison passée, Evan Fournier sera une nouvelle fois l’une des principales armes offensives de la faible équipe du Magic d’Orlando. Le Français, dont la valeur marchande est très intéressante, pourrait même changer de franchise au cours de la saison. On va suivre ça de près.

Tony Parker (Charlotte Hornets)

Alors qu’il s’approche doucement de la retraite, Tony Parker a décidé de se lancer dans un nouveau challenge en quittant sa franchise de coeur (les San Antonio Spurs) et rejoindre son ancien coéquipier de l’équipe de France, Nicolas Batum aux Hornets. Mais va-t-il briller sous un autre maillot que les Spurs ? La réponse dans quelques semaines.

Frank Ntilikina (New York Knicks)

Baptisé « The Fresh Prince » à New-York, Frank Ntilikina entend bien définitivement s’imposer dans la Big Apple cette saison. Le meneur des Knicks, chouchou du public, espère peu à peu décrocher une place de titulaire dans l’équipe. Les premiers matchs de la saison vont être déterminants pour convaincre son nouveau coach David Fizdale.

Rudy Gobert (Utah Jazz)

Appelez-le Monsieur Rudy Gobert. Meilleur défenseur de NBA en titre, le protecteur du cercle devrait une nouvelle fois terroriser tous les joueurs qui s’approcheront de son territoire cette saison. Mieux, le pivot français espère marquer beaucoup plus de points pour permettre à sa franchise de l’Utah Jazz de franchir un nouveau cap cette saison, en atteignant au moins les finales de Conférence Ouest.

Les favoris à l’Est

boston-celtics

Boston Celtics

Les C’s ont franchement de la gueule cette saison. L’an passé, l’effectif de Boston avait été décimé par les blessures mais ça n’avait pas empêché l’équipe de frôler les finales NBA. Cette saison, avec les retours en forme de Kyrie Irving et de Gordon Hayward, et le départ de LeBron James aux Lakers, les Celtics sont clairement les favoris de la conférence Est car ils défendent durs, ont plein de joueurs talentueux mais ont aussi un jeu particulièrement huilé, orchestré par un coach de génie : Brad Stevens.

Philadelphie 76ers

Dans un autre genre, Philadelphie fait aussi office de favori à l’Est. Avec un effectif plus jeune et moins expérimenté, les Sixers bénéficient tout de même de talents hors du commun comme Joel Embiid et le rookie de l’année 2018, Ben Simmons. Mais Philly s’est surtout renforcé avec un vétéran d’expérience, Wilson Chandler, en plus du rookie prometteur Zhaire Smith. Mais c’est surtout le retour en grande forme du deuxième année Markelle Fultz qui va peut-être faire passer un cap à cette équipe toujours fun à regarder jouer.

Toronto Raptors

Avec l’apport de Kawhi Leonard, les Raptors vont clairement jouer les premiers rôles cette saison. La franchise canadienne vient aussi d’accueillir un nouvel entraîneur, Nick Nurse, qui va essayer de soigner les blessures encore vives d’une élimination honteuse (0-4) en playoffs la saison dernière.

Les favoris à l’Ouest

golden-state-warrios

Golden State Warriors

The Champs are here ! Quatre finales NBA d’affilée pour 3 titres de champion. Des joueurs dans la forme de leur vie. Un cinq majeur de rêve. Bref, les Warriors sont ultra favoris pour dominer encore la NBA cette saison.

Houston Rockets

Outsider numéro 1 à l’Ouest, les Rockets sont passés tout près d’éliminer les Warriors l’an passé. La revanche pourrait avoir lieu cette saison. Ça dépendra de la forme du barbu Harden et de ses lieutenants Paul, Anthony et Gordon.

Utah Jazz

Surprise de la saison passée, l’Utah Jazz va tenter de faire danser les 29 autres franchises de la Ligue avec son jeu léché et ses musiciens révoltés. Avec l’éclosion du talentueux Donovan Mitchell et la confirmation de Rudy Gobert en tant que maître des raquettes, le Jazz peut en surprendre plus d’un cette saison.

Frederic Yang

Contributor

Related posts

Leave a Reply

scroll up